SICABLE : Un redressement réussi

Par KOUAO Brice, le 24 Avril 2018



SICABLE : UN REDRESSEMENT RÉUSSI

SICABLE : Un redressement réussi

100%, c’est la progression du cours de l’action SICABLE entre le 02 novembre 2017 et le 31 mars 2018. Dans cet article, le coach BRICE KOUAO vous propose une analyse pour mieux comprendre les fondements du redressement de cette entreprise. En bonus, vous découvrirez le témoignage d’un auditeur de l’EDB résidant au NIGER qui a encaissé une plus-value d’un million CFA (1 000 000 CFA) sur ce titre.

I- LA SICABLE, UNE VALEUR EN REDRESSEMENT

Créée en septembre 1976 la Société Ivoirienne de Câbles en abrégé SICABLE est la filiale ivoirienne du leader mondial du câble électrique, le groupe PRYSMIAN. Elle est dirigée par M. FREDERIC TAILHEURET et 48,7% de son capital est disponible sur le flottant de la BRVM. Elle produit essentiellement des câbles électriques destinés au marché ivoirien et sous régional.

En étudiant les performances de la SICABLE sur les sept dernières années, on peut remarquer une baisse de ses profits à partir de l’année 2014. L’analyse du rapport annuel 2014 révèle une obsolescence des outils de production de l’entreprise. Cette situation a rendu cette entreprise incapable de satisfaire correctement ses clients ce qui a entamé ses profits (baisse de 30% du résultat net de 2013 à 2014). Pour remédier à cette situation, la SICABLE a engagé un Plan de Mise à Niveau de son outil de production en abrégé PMN sur deux ans de 2015 à 2016. Pour financer ce plan, l’entreprise a réduit drastiquement l’enveloppe consacrée aux dividendes. Historiquement, chaque action donnait droit à un dividende supérieur à 5000f sur les exercices 2010 à 2013 à l’exception de 2011 (2340F). Toutefois, l’entreprise n’a partagé que 1000f par action au titre de l’exercice 2014, 1200f au titre de l’exercice 2015 et 2000f au titre de 2016. Pour rappel, ses chiffres reflètent l’histoire de cette entreprise avant le fractionnement de 2017. Cette compression des dividendes a permis à l’entreprise de mobiliser 568 millions entre 2015 et 2016 pour financier le PMN.

Pendant ce temps, les performances de l’entreprise ont continué à baisser du fait de l’obsolescence évoquée plus haut. Le résultat net a atteint 597 millions en 2016 ce qui correspond à son niveau le plus bas en 7 ans si on fait abstraction de l’année 2011, année de crise postélectorale (bénéfice net de 341 millions).

L’exposé plus haut nous conduit à considérer la SICABLE comme une valeur en redressement suivant l’enseignement de PETER LYNCH (Ouvrage de référence : Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse).

 

II- LA SICABLE, UN TITRE SOUS-EVALUE

En étudiant la valorisation de la SICABLE, on peut noter une baisse progressive des ratios de valorisation. Cette baisse est due à un double phénomène.

Les contre-performances de la SICABLE enregistrées entre 2013 et 2016 couplée à la baisse des dividendes ont entrainé une chute importante du cours de bourse. Ainsi, l’action qui s’échangeait à 101 800 l’unité au 31/12/2013, est tombée à 40 000 l’unité autour en aout 2017.

Pendant ce temps, l’entreprise renforçait ses capitaux propres en réduisant les ressources consacrées à la distribution des dividendes. Les capitaux ainsi conservés ont fait progresser l’Actif Net Comptable par Action de 31 700 au 31/12/2013 à 41 400 au 31/12/2017.

Autrement dit, pendant que l’entreprise s’enrichissait, le marché financier la sanctionnait. Dans ces conditions, le Price Book Ratio calculé sur la base du cours au 31 décembre de l’année est passé de 3,21 en 2013 à 2,40 en 2016 et enfin 1,07 en 2017. Pour la première fois sur en 5 ans, la SICABLE s’est échangé à un prix en dessous de sa valeur intrinsèque calculée sur la base de son patrimoine net de dettes.

Sur la base de l’enseignement de BENJAMIN GRAHAM (ouvrage de référence : L’INVESTISSEUR INTELLIGENT), on pouvait considérer la SICABLE comme un titre sous-évalué durant cette période.

 

III- LA SICABLE ET LE PARADOXE DE 2017

En 2017, le plan de mise à niveau des outils de production de la SICABLE s’est achevé. A ce stade, deux scénarios étaient envisageables. Dans un premier temps, les volumes de production s’amélioreraient et entraînerait un retour des profits en d’autres termes le redressement serait une réussite. Dans un schéma inverse, les nouveaux matériels installés ne donneraient pas entière satisfaction avec pour conséquence une stagnation des profits.

Les états périodiques de la SICABLE publiés tout au long de l’année 2017 ont permis d’avoir une idée plus claire du résultat de ce redressement.

Le 05 mai 2017, les états du 1er trimestre 2017 furent publiées. Les tonnages de câbles fabriqués étaient en hausse de 37%. Cette progression combinée à d’autres facteurs a entrainé une hausse de 43% du chiffre d’affaires. Quant aux profits, ils ont doublé passant de 174 millions à 354 millions.

Le 08 septembre 2017, c’était le tour des états du 1er semestre 2017. La dynamique de hausse constatée au 1er trimestre s’est maintenue. Le chiffre d’affaires progressa de 28% tandis que le résultat net grimpa de 258%, passant de 251 millions à 897,3 millions.

 

Le 06 décembre 2017, les états du 3e trimestre étaient publiés présentant une progression de 23% du chiffre d’affaires et de 274% du résultat net passant de 264 millions à 989 millions CFA (données cumulées des 3 trimestres).

Pendant ce temps, à la BRVM, son cours de bourse continuait de baisser. L’action qui s’échangeait à 2187F (cours ajusté au fractionnement) au 02 janvier 2017 tomba à 980f au 07 décembre 2017 soit une baisse de plus de 55%.

C’est cela le paradoxe de la SICABLE en 2017. Alors que l’entreprise disait « NOUS ALLONS MIEUX, NOUS ALLONS MIEUX, REGARDEZ NOS CHIFFRES ». Le marché financier semblait ne pas en tenir compte et continuait de traiter cette action suivant l’ancien paradigme. C’est cette anomalie que nous avons identifié et présenté dans l’article LA SICABLE ROULE AU SUPER publié le 12/09/2017. 

Durant ces Cafés de la Bourse du second semestre 2017, j’ai présenté l’action SICABLE comme une opportunité d’investissement. De nombreux auditeurs de l’EDB ont pu prendre position sur ce titre avec des gains plus ou moins importants. Trois d’entre eux ont gagné plus d’un million CFA. Dans le 4e numéro de la rubrique CAS PRATIQUE (4 millions pour l’achat d’une maison), je vous ai présenté le témoignage de l’un d’entre eux, M. KONTE YACOUBA.

Aujourd’hui, je vous propose le récit d’un autre millionnaire de la SICABLE résidant au NIGER.

 

IV- MILLIONNAIRE GRACE A LA SICABLE ET L’ECOLE DE LA BOURSE.

Témoignage reçu le 22 février 2018 sur le groupe privé WHATSAPP des auditeurs de l’EDB promo 2017.

Bonjour, membres de l’EDB, je réponds au nom de MAMADOU ABDOULAYE. Je suis nigérien et juriste de formation. Suite à la publication de l’article « LA SICABLE ROULE AU SUPER» du coach BRICE KOUAO, je me suis positionné sur cette valeur. J’ai passé un ordre d’achat à 900f portant sur 1000 titres. Je les ai vendus à 1900f l’unité moins de 6 mois plus tard. Je suis aujourd’hui assis sur un butin d’un million de francs grâce à la SICABLE et aux articles du coach.

Toujours en 2017, après la lecture de l’article « LES DEUX FACES DE LA MEDAILLE », j’ai acheté un peu tardivement les actions de la CFAO MOTORS. Je dis tardivement car j’aurai pu me positionner plus tôt. Je les ai acquises à 500f l’unité et revendu à 720f l’unité suite à la publication du décryptage N°01-2018 : « CFAO, 100% DE PLUS VALUE QUE VOUS AVEZ MANQUE».

Tout ceci pour dire qu’il ne suffit pas de lire les articles du coach mais de savoir décoder la véritable orientation caché dans ses phrases. Merci au coach BRICE KOUAO pour le travail abattu et la disponibilité. Je précise que je ne vis pas en Côte d’Ivoire mais au Niger. Mais grâce aux articles et au coaching gratuit rattaché aux programmes de l’EDB, j’arrive à trouver mon chemin et à faire fructifier mon capital à la BRVM.

 

QUE RETENIR ?

En 2017, la SICABLE cumulait deux caractéristiques. C’était une valeur en redressement dont le redressement se déroulait avec succès et une valeur sous-évalué par rapport aux normes établies. Ainsi, toute personne ayant étudié les enseignements de Peter LYNCH sur la classification des actions et ceux de Benjamin GRAHAM sur les actions sous-évaluées aurait compris ce qui se tramait sur le titre SICABLE en 2017. Je suis heureux d’avoir compris ce phénomène mais bien plus encore d’avoir aidé d’autres investisseurs à gagner tant d’argent (3 millionnaires en CFA et beaucoup d’autres avec des gains plus modestes).

Après avoir été formé à l’investissement en bourse, il n’est pas toujours facile pour les novices de trouver leurs chemins entre les différents courants de pensée et les opportunités d’investissement. Entre ceux qui prétendent que le marché a toujours raison et ceux qui restent centrés sur l’entreprise, ceux qui spéculent ou ceux qui investissent, comment distinguer la vérité de l’illusion sur une action donnée. C’est le rôle des CAFES DE LA BOURSE.

Lors de ces rencontres à laquelle M. MAMADOU participe via WHATSAPP, nous répondons aux questions des investisseurs sur les différentes sociétés cotées et nous analysons quelques opportunités d’investissement. Ce programme est composé uniquement de cas pratique contrairement aux ateliers de la bourse qui aborde aussi les aspects théoriques de l’investissement en bourse. Lancé en Février 2017, il est co-animé par moi-même et un acteur du marché financier (analyste financier ou Directeur de recherche).

Pour cette année 2018, nous serons désormais quatre au lieu de deux pour répondre à vos questions. De plus, le programme sera retransmis en direct via un lien privé de Facebook pour aider tous ceux qui ne peuvent pas effectuer le déplacement à nous suivre et poser leurs questions.

Si vous êtes investisseur avec une formation de base (analyse technique ou analyse fondamentale) et que vous voulez mieux comprendre certains mouvements de marché (la hausse de NEI CEDA ou la baisse de NSIA BANQUE), nous serons heureux de vous recevoir ce samedi 21 avril de 14h à 18h.

Merci à toutes les personnes qui nous font confiance depuis le lancement de l’EDB et aux auditeurs comme M. MAMADOU qui nous aide à vulgariser la culture boursière en nous autorisant à partager leurs histoires.

 

 

De l’exposé fait plus haut et du témoignage de M. MAMADOU, je voudrais vous laisser deux idées essentielles.

1- Le marché financier ou l’entreprise

Alors que la culture boursière se répand peu à peu en Côte d’Ivoire et dans la sous-région, je voudrais attirer votre attention sur les différents enseignements qui vous sont proposés. Certains courants de pensée prétendent que le marché a toujours raison et pousse les investisseurs à se focaliser sur le comportement du cours de bourse. Je n’ai ni le temps ni l’envie d’entrer dans un débat concernant la supériorité de l’analyse technique sur l’analyse fondamentale. Mais je voudrais vous interpeller à partir du cas de la SICABLE. En étudiant les cours de bourse et les indicateurs techniques de cette valeur sur l’année 2017, que disait le marché quand le titre cotait à 900F ? Je manipule aussi ces outils mais ils ont été inefficaces à anticiper la croissance de plus de 100% que ce titre a réalisée. C’est la raison pour laquelle dans une perspective d’investissement, je ne cesserai de vous demander de vous fier en premier à ce que dit l’entreprise plutôt que l’écoute du marché.

C’est en m’appuyant sur l’analyse fondamentale et l’enseignement des grands maitres (Bejamin  GRAHAM ; Warren BUFFET ; Peter LYNCH et Filip FISHER) que j’ai pu comprendre et anticiper la croissance de l’action CFAO MOTORS, des cycliques du caoutchouc, de l’action SICABLE, de l’action PALMCI et toutes les autres suggestions des CAFES DE LA BOURSE de l’année 2017.

Si  votre objectif est l’investissement en bourse plutôt que la spéculation, ce conseil peut vous être d’un grand secours.

2- Investir et gagner à la BRVM depuis Niamey

Beaucoup de gens nous écrivent et nous demandent quand est-ce que nous viendrons dans leur ville. Le problème avec cette question est qu’elle suppose que c’est à nous de venir vers eux pour les aider à améliorer leur vie financière. Fondamentalement cette pensée n’est pas mauvaise. On peut considérer que c’est à nous d’aller vers le client quel que soit son lieu de vie. Le souci avec cette approche est qu’AUCUNE structure n’a les moyens de déployer ses services dans tous les recoins d’un pays ou d’une sous-région SURTOUT dans un début.

Pour mieux comprendre mon propos je voudrais vous partager le cas de la ville côtière de Sassandra en Côte d’Ivoire. Dans cette ville dont l’histoire est aussi belle que le plan d’eau (embouchure entre le fleuve et l’océan), IL N'Y AVAIT AUCUNE BANQUE pendant plusieurs années. Ni les banques traditionnelles, ni les nouveaux entrants n’ont installé d’agence dans cette localité. Cette situation obligeait les fonctionnaires, opérateurs économiques à se rendre à la ville de San Pédro pour les opérations financières avec le risque d’attaque sur les routes (plusieurs morts sont à dénombrer dans ce périple). Ce n’est qu’en 2018, que la Société Ivoirienne de Banque (la SIB) a déployée une agence dans cette contrée.

Il existera toujours une distance entre vous et la solution à vos problèmes. Que faire  dans ce cas ? Se plaindre à des structures privées qui doivent rationaliser leurs charges pour maintenir leur pérennité ou trouver une solution intermédiaire qui tient compte de vos contraintes respectives? J’aurai aimé avoir le temps et les moyens de sillonner toute la Cote d’ivoire mais même la SGBCI (la plus grande banque de l’UEMOA) n’a pas d’agence dans toutes les villes de Cote d’Ivoire.

Je vis et travaille à Abidjan.

Cette configuration aboutit à trois solutions possibles concernant les ateliers de la bourse

Soit vous vous déplacez pour participer aux formations. Cette solution est utilisée par de nombreux auditeurs chaque mois depuis 2016 qui font le voyage depuis Bouna, Tongon, San Pédro, Accra…

Soit vous nous invitez pour une formation dans votre localité. Cette solution a été déployée par M. COULIBALY ABDOULAYE en septembre 2016 pour un atelier à San Pédro, par des professionnels de la santé pour un atelier au CHU de Trechville  en janvier 2018 et par deux diplomates burkinabés pour un atelier en avril 2018 à Ouagadougou.

Soit vous nous contactez pour une formation privée via les réseaux sociaux. C’est la solution utilisée par M. MAMADOU. Il n’est jamais venu en Cote d’Ivoire. Il ne m’a jamais vu. Tous nos échanges se font via Whatsapp et les paiements via Orange money. C’est aussi par ce canal que le Docteur OKOU LEANDRE, médecin résidant dans l’Etat de OHIO aux USA s’est formé.

CONCERNANT LES CAFES DE LA BOURSE, pour la première fois nous allons retransmettre en direct via un lien privé de Facebook. Ainsi pour ce programme, il ne sera plus indispensable de se déplacer.

 

La balle est dans votre camp. Je serai ravi de vous partager mes connaissances mais vous devez tenir compte des limites inhérents à toute structure privée ou publique. Merci à M. MAMADOU et à tous les auditeurs de l’EDB de tous les pays qui nous soutiennent et qui contribue au développement de la culture boursière en partageant leurs témoignages

PROCHAIN CAFE DE LA BOURSE : Samedi 21 avril 2018 à Abidjan avec retransmission Facebook

PROCHAIN ATELIER DE BOURSE : Samedi 05 mai 2018 sans retransmission

KOUAO Brice
Fondateur de l'Ecole de la Bourse



Articles connexes


Newsletter

Recevez gratuitement par email nos informations sur la bourse.