Mieux comprendre le fonctionnement de la bourse

La bourse fait référence à deux acteurs majeurs : les Entreprises, États ou Collectivités et les investisseurs (particuliers ou institutionnels), puis à une notion capitale : le besoin de financement.
En effet, les Entreprises, États ou Collectivités viennent en bourse pour lever des fonds qui serviront au développement de leurs activités et ce, auprès d'épargnants comme vous et moi ou d'institutionnels qui, à leurs niveaux, recherchent de bons placements à effectuer, capables de faire fructifier leurs épargnes ou capitaux.
Cette quête de financement d'une part et de placement d'autre part se matérialise par des échanges de produits financiers (actions, obligations...) contre de la liquidité (l'argent) entre Entreprises ou États et les investisseurs. Puis entre investisseurs par la suite.

L'entrée en bourse d'une société passe ainsi par deux phases :

  • 1ère Phase (ou marché primaire) : elle consiste en la rencontre entre Entreprises (en quête de fonds) et investisseurs (recherche de placements juteux). Pendant cette phase l'entreprise présente son offre et donne les raisons pour lesquelles l'investisseur gagnerait à injecter des fonds dans son activité a travers l'achat de ses titres dont elle fixe le prix (et qui n'est pas négociable)
  • 2ème Phase (ou marché secondaire) : ici les investisseurs ayant acquis des titres lors de la 1ère phase viennent les proposer (si besoin) à tous les autres investisseurs qui n’ont pas pu en acquérir ou pas suffisamment sur le marché primaire. Les intervenants sont uniquement les investisseurs. C’est sur ce marché que vous pouvez acheter AUJOURD’HUI des actions de la BOA CI, VIVO ENERGY...

La bourse regorge de multiples produits financiers dont les actions et les obligations qui seront développés ici.

Une action est un titre de copropriété. En achetant une action vous devenez copropriétaire de l'entreprise. De ce fait, cela vous confère entre autres :

  • le droit de participation aux assemblées générales, donc à la vie de la société
  • le droit de pouvoir disposer de son capital (en partie ou en totalité) en cas de faillite de la société, mais à condition qu'il subsiste de l'argent après la vente des biens et le règlement des dettes de cette entreprise. Ce montant est distribué en fonction des actions détenues
  • le droit de recevoir une partie des bénéfices réalisés et distribués par la société qui est également fonction du nombre d'actions détenues
Quant aux obligations ce sont des titres de créances, une sorte de dettes qu'une entreprise ou un État contracte auprès des investisseurs qui souscrivent à son opération dénommée emprunt obligataire. Ainsi la possession d'une obligation donne droit de percevoir des intérêts à la fin d'une période prédéfinie ainsi que le remboursement de votre capital à l'échéance fixée. Et lorsqu'une obligation est cotée, cela vous offre la possibilité de disposer de vos fonds avant l'échéance fixée en cédant vos obligations à d'autres investisseurs.

La bourse se compose de plusieurs acteurs : le CREMPF, la BRVM, le DC/BR et les SGI. De façon assez simplifiée :

Le CREPMF (Conseil Régional de l'épargne Public et des Marchés Financiers) est le gendarme de la bourse (en référence au pouvoir répressif dont il dispose). Il régule, informe et contrôle le marché financier.

Le DC/ BR (Dépositaire Central et Banque de Règlement) assure la conservation et la circulation des titres, le dénouement des transactions de la BRVM, ainsi que le paiement des évènements sur valeurs (intérêts et dividendes).

La BRVM (Bourse Régionale des Valeurs Mobilières) est l'institution financière commune aux 8 États membres de l'UEMOA. Elle organise le marché boursier ; assure la cotation, la négociation des valeurs mobilières (actions et obligations) et la diffusion des cours et des informations boursières.

Les SGI (Sociétés de Gestion et d'intermédiation)ont pour rôle de servir d'intermédiaires entre le marché financier (BRVM) et les investisseurs. Seules structures chargées de l'enregistrement et de la négociation des valeurs mobilières (actions, obligations) en bourse, ces dernières prélèvent des frais proportionnels (entre 0.65% et 1%) au montant de l'opération lors de l'achat et la vente de titres. En gros, c'est par le biais des SGI qu'un investisseur achète où vend un titre en bourse. Il y ouvre un compte qui lui permet d'effectuer ces opérations.

AU NIVEAU DES ACTIONS

La détention d'actions d'une société en bourse peut offrir deux formes de gains à savoir les dividendes et les plus-values

  • les dividendes représentent une part du bénéfice réalisé par l'entreprise, qu'elle décide de distribuer aux actionnaires. Le montant du versement est proposé par le Conseil d'Administration en Assemblée générale Ordinaire et voté par les actionnaires. Cette forme de gain est annuelle avec une date de paiement fixée par la société en année N+1. Et les taux de rendements varient généralement entre 1% à + 13%. L'autre particularité des dividendes est qu'on n'a pas besoin de posséder l'action sur toute l'année pour en bénéficier. Il faut juste l’avoir dans son portefeuille avant la date de paiement des dividendes !
    En 2019 par exemple, des actions telles que BOLLORÉ et SERVAIR ont réalisé respectivement des rendements de 10% et 13%. Ce qui représente un peu plus de 3 fois le taux d'épargne classique (3,5% l'an).
  • les plus-values ou gain en capital correspondent aux profits réalisés sur l'achat et la vente d'un titre. Elles sont réalisées lorsque les actions sont vendues à un prix supérieur comparé au prix déboursé pour les acheter. Dans le cas inverse on parle de moins-values ou de perte en capital.
    Au cours de l'année 2019, des sociétés telles que PALM-CI et FILTISAC ont réalisé des plus-values respectives de 102% et de 116% en un mois. Ce qui représente 2 fois le montant qu'un investisseur aurait placé sur ces titres pendant cette période.

AU NIVEAU DES OBLIGATIONS

La possession d'une obligation donne essentiellement droit de percevoir des intérêts ( taux d'intérêt compris en moyenne entre 5% et 7% ) à la fin d'une période prédéfinie ainsi que le remboursement de votre capital à l'échéance fixée . Les obligations représentent un flux de revenus stable sur la durée pour les investisseurs en quête de sécurité. Et comme les actions, si une obligation est cotée en bourse, elle peut être vendue (à un prix supérieur ou inférieur) à d'autres investisseurs. Permettant ainsi au détenteur de récupérer son capital avant la date de remboursement de celui-ci.

En 2019 par exemple, des entités telles que BHS (Banque de l'Habitat du Sénégal) et l'ETAT du Mali ont émis des emprunts obligataires rémunérés respectivement à hauteur de 6,25% sur une durée de 5 ans et de 6,5% pendant 8 ans. Ce qui représente un peu moins de 2 fois le taux d'épargne classique.

Comme dans tout investissement, la bourse recèle également des risques de perte du capital investi. Il s'agit pour la plupart

AU NIVEAU DES ACTIONS

  • Le risque de volatilité : La volatilité représente la variation du prix d'une action et traduit, par conséquent, le risque que celle-ci perde de la valeur (en cas de baisse des cours). En effet la valeur d'un investissement en bourse dépend des variations des cours sur le marché. Et cette variation (hausse/ baisse) tient compte des performances de l’entreprise, de sa politique de distribution des dividendes, de la psychologie du marché ainsi que de l'environnement socio- économique ou politique qui peuvent prévaloir. Des indicateurs donc négatifs peuvent entraîner la chute du prix de vos actions et par conséquent la baisse du montant de votre investissement.
    Toutefois, à la BRVM, l’investisseur est protégé d'une perte immédiate du montant investi. En effet, le seuil de variation maximal d’une action par jour est de +/- 7,5%. C’est dire que si une action coûte 10.000 FCFA aujourd’hui, sa plage de variation demain sera comprise entre 9.250 FCFA et 10.750 FCFA.
  • Le risque de faillite d'une entreprise cotée en bourse peut également constituer un risque de perte totale de son investissement. En effet, l'argent issu de la vente des actifs de l’entreprise sert à rembourser en priorité les créanciers « privilégiés » de l’entreprise comme les salariés, les organismes de Sécurité Sociale et l’Etat. Puis ensuite, les détenteurs de titres obligataires et les fournisseurs. Ce n’est qu’une fois tous ces créanciers remboursés que les actionnaires peuvent se partager le solde.
    Toutefois il est bon de noter que la majorité des entreprises cotées à la BRVM sont leaders dans leur secteur d'activité. De plus les données dont dispose Richbourse peuvent vous aider (après avoir effectué une formation) à investir dans des sociétés solides et stables qui ne peuvent disparaître du jour au lendemain.
  • Le risque de liquidité qui peut empêcher un investisseur de trouver aisément contrepartie à son offre d'achat ou de vente d'un titre. Mais c'est un risque également amoindri grâce à un mécanisme utilisé par des sociétés cotées pour y faire face : le contrat de liquidité. En effet, c'est une convention signée entre une entreprise cotée en bourse et une SGI afin d’assurer la liquidité de son titre sur le marché. C’est à dire donner la possibilité de pouvoir trouver assez facilement des acquéreurs pour un titre que l'on vend ou inversement.
    En somme, investir en bourse devient véritablement risqué lorsque vous investissez à l'aveugle sans formation (et accompagnement ) préalable, nécessaire pour gérer le risque; lorsque vous suivez les conseils d'un proche qui investir en bourse mais qui n'en connait pas plus que vous !

AU NIVEAU DES OBLIGATIONS

Il existe deux types d'obligations. Celles émises par les Etats ( et collectivités ) qui sont généralement sans véritable risque. Et les obligations émises par les entreprises qui peuvent présenter un risque. En effet, le remboursement d'une obligation est fonction de la solvabilité de l'émetteur (l'entreprise) et de sa capacité à tenir ses engagements financiers.
Toutefois ce risque est quasi nul car la majorité (si ce n'est toutes) des opérations d'emprunt obligataires sont toujours accompagnées d'une notation financière de l'entreprise concernée. Cela permet d'avoir une idée de la qualité de solvabilité de cette société avant de prendre part à l'opération.

✓ QUEL BUDGET ?

Au total 45 sociétés sont cotées et actives en bourse à l'heure actuelle. Voici un tableau qui résume par tranche de prix des actions, le nombre de sociétés qui y est rattaché (sur la BRVM) à la date du 04/06/2020

Prix d'une action Nombre de sociétés cotées
Actions à moins de 2.000 FCFA 25
Actions entre 2.000 FCFA et 5.000 FCFA 16
Actions entre 5.000 FCFA et 10.000 FCFA 2
Actions à plus de 10.000 FCFA 2

NB : les obligations sont généralement vendues au prix unitaire de 10.000 FCFA lors de l'opération d'emprunt obligataire.

Comme vous le constatez, avec 10.000 FCFA, vous pouvez devenir actionnaire de plus de 43 sociétés en bourse. Cela démontre une chose : la bourse est accessible à toute personne disposant d'une capacité d'épargne. Ainsi à titre d'exemple, avec une capacité d'épargne mensuelle de 25.000 FCFA par exemple, au bout d'un an c'est un montant de 300.000 FCFA que vous vous donnez la possibilité de faire fructifier à travers actions et obligations.


✓ COMBIEN DE TEMPS ?

Le temps que peut vous prendre l'investissement en bourse est fonction de deux choix majeurs qui sont : votre objectif d'investissement et votre positionnement sur le marché.

Votre objectif d'investissement

En bourse, on peut globalement dire qu'il existe deux groupes d'investisseurs : ceux qui recherchent exclusivement des actions pouvant offrir de bons rendements en très peu de temps. Ce sont les spéculateurs. Cette activité sous-entend, garder un œil assez régulièrement sur l'évolution du marché et d'être au fait de l'information boursière.
Quant au second groupe, en font partie, les personnes qui investissent dans le but de tirer des revenus réguliers (dividendes) de leur capital et profiter de la croissance (plus-values potentielles) à long terme. Les bénéfices porteurs de dividendes étant réalisé au bout d'une année, cette pratique offre beaucoup plus de latitude en terme de temps de présence sur le marché boursier pour suivre correctement son investissement.

Votre positionnement sur le marché

Pour une personne physique qui souhaite investir en bourse, plusieurs possibilités s'offrent à elle selon ses attentes et sa disponibilité. Elle peut soit utiliser la gestion libre, la gestion sous mandat ou intégrer un de ces véhicules d'investissement à savoir : un club d'investissement, un fond commun de placement ou une SICAV.

  • une gestion libre stipule que vous êtes l'unique gestionnaire de votre investissement. Vous achetez et vendez des titres selon vos attentes
  • une gestion sous mandat consiste à confier totalement la gestion de votre portefeuille ( votre investissement) à un professionnel du domaine
  • les fonds communs de placement (FPC) et les SICAV font partie de la même famille des organismes de placement collectif de valeur mobilière (OPCVM). Ces véhicules reposent sur un principe clé : mettre en commun l'argent appartenant à plusieurs investisseurs pour le faire fructifier. Avec les FPC, le fond constitué est confié à un gestionnaire professionnel. Et chaque adhérent à ce fond représente un porteur de part. A la différence avec les SICAV qui sont des établissements spécialisés dans la gestion de portefeuille de valeurs mobilières (actions, obligations) et dont l'adhésion vous confère le titre d'actionnaire ainsi que les droits qui y sont rattachés
  • un club d'investissement se compose de plusieurs personnes qui, pour s'initier à l'investissement et la gestion boursière, mettent en commun leurs épargnes pour les placer en bourse. Ses membres gèrent ainsi le portefeuille collectivement puis partagent les revenus et plus-values réalisés

Comme vous le devinez selon vos attentes, le temps dont il faut disposer pour investir en bourse avec succès diffère.

NB : chaque forme d'investissement a ses avantages et ses inconvénients. Il est donc conseillé de suivre une formation qui pourra vous aider à choisir la forme qui sied le mieux à vos attentes

Investir en bourse c'est se donner :

  • la possibilité d'acquérir des revenus supplémentaires qui ne nécessitent pas votre présence pour être générés (des revenus passifs)
  • la possibilité d'avoir des revenus à même de faire face à des problèmes ou difficultés ponctuelles de la vie sociale
  • la possibilité d'acquérir des revenus capables de financer les études de vos enfants, de maintenir votre niveau de vie une fois à la retraite, de contribuer à vous offrir une maison
  • la satisfaction morale et financière de savoir qu'on contribue indirectement au développement socioéconomique de notre nation tout en faisant fructifier notre épargne (à un taux bien plus intéressant que les voies classiques d'ailleurs).
Pour savoir comment investir en bourse avec succès, nous vous conseillons de suivre les étapes suivantes
  1. Vous former
  2. Bien choisir votre SGI
  3. Souscrire à notre offre Premium

"Investir est la clé de la liberté financière" Robert Kiyosaki

"Le risque existe quand on ne sait pas ce qu'on fait" Warren Buffet